PRÉSERVER L’ANCIEN – FAIR APPARAÎTRE DU NOUVEAU

 

Dans sa maquette, Nicolas Tschabold a recréé l'ancienne villa de direction avec tous ses petits détails. Il en va de même pour les anciens abattoirs de 1885 et l'imposant bâtiment de la Rue de la Gabelle. "Les bâtiments existants sur ce site sont impressionnants et intéressants - mon objectif était de les préserver autant que possible", déclare le jeune architecte pour expliquer son travail qui a été exposé le week-end dernier sur le site des anciens abattoirs de Bienne.

Comme 23 de ses camarades de la haute école d'ingénierie et d'architecture de Fribourg, il a travaillé intensivement sur le site au cours des derniers mois : dans le cadre de leur travail de bachelor, ils ont eu pour tâche de planifier une école de construction sur ce terrain de 8'000 m2. Tous n'ont pas fait preuve des mêmes égards vis-à-vis de l'ancien tissu bâti : certains étudiants ont rapidement fait tabula rasa et ont reconstruit le site à partir de zéro.

L'impulsion pour cette planification fictive est venue de Stephan Buchhofer, architecte biennois et directeur d'études à la haute école spécialisée de Fribourg : après le renoncement définitif à la branche ouest de l'autoroute A5 à travers Bienne, qui aurait sacrifié la zone des anciens abattoirs pour une bande d'asphalte, de nouvelles possibilités se sont soudainement offertes ici, a-t-il expliqué son choix : "Cette zone mérite d'être étudiée à différents niveaux. Son potentiel est énorme, notamment pour un usage public".

 

Alors que certains étudiants proposent de démolir et de placer un bâtiment géant sur le site, d'autres veulent combiner l'ancien et le nouveau, permettre différentes utilisations ou ramener la Suze de Madretsch à l'air libre. La diversité et l'éventail des approches offrent une base de discussion passionnante pour développer davantage d'idées et de visions pour l'avenir du site.

Le week-end des 2 et 3 octobre, une sélection des travaux de bachelor a été exposée dans les anciens abattoirs. Les personnes présentes ont été impressionnées par les solutions créatives pour le site et ses environs, présentées avec des visualisations et des maquettes.

 

Dès le vernissage du samedi, les conversations des visiteurs tournaient autour de la question : préserver, mettre à neuf, démolir et remplacer ? Les nombreux invités de Fribourg et de Suisse romande, qui visitaient le site pour la première fois, ont tous été enthousiasmés par le lieu et son charme. Sans doute aussi grâce à l'apéritif offert par la haute école spécialisée qui s'était approvisionnée sur le site même : vin de la Cave des Gourmets et délicieux amuse-bouche tamouls de la cuisine de l'abattoir de Sami. Une fois de plus, les occupants actuels Sami, Chrigel, Jacques - ainsi que, cette fois en particulier, la société Baronello qui a mis ses locaux à disposition - ont contribué à un beau succès. Tout comme la musique jouée par deux DJs dans les anciennes halles. 

 

Le dimanche matin, la journée s'est poursuivie avec du café, des croissants et des tresses faites maison. Après les rafraîchissements du matin, les diplômés Nicolas Tschabold, Julia Borrello et Maëlle Gatard ont présenté leurs créations. Tous trois souhaitent préserver autant que possible le tissu des anciens bâtiments. "Les anciens bâtiments sont l'âme du site", déclare Maëlle Gatard pour expliquer sa décision. Julia Borrello propose à la fois la préservation et la densification par la construction d'une tour d'école pour abriter des salles de classe. Dans son projet, la Suze de Madretsch renaturalisée traverse un parc destiné aux étudiants et aux habitants du quartier - toute la zone sera sans voiture... Nicolas Tschabold souhaite conserver les bâtiments existants tels qu'ils sont, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur - également pour des raisons de durabilité.

 

Dans la discussion qui a suivi, tout le monde était d'accord : il ne faut pas de tabula rasa ! "La préservation du site des abattoirs est importante pour l'identité de la ville de Bienne", a déclaré Margrit Wick. L'historienne a autrefois effectué des recherches sur les abattoirs et leur histoire pour le compte des planificateurs de la branche ouest et se souvient qu'elle avait réalisé, "les larmes aux yeux", que la démolition du bâtiment administratif avait été approuvée.

Heureusement, nous n'en sommes pas arrivés là. Il est maintenant temps de regarder vers l'avant, et il y a eu un consensus sur ce point également. La discussion engagée s'est donc concentrée sur la question : que faire maintenant ?

Samuel Bill, du Terrain Gurzelen, connaît bien le quartier : il a vécu juste en face, dans l'ancien restaurant Schönegg, avant qu'il ne soit démoli, et se souvient : "à l'époque, je pensais souvent qu'un jour, on pourrait faire quelque chose de beau ici ! Les conditions sont différentes de celles de la Gurzelen : là-bas, la ville nous mis gratuitement le terrain à disposition, pour une utilisation provisoire. Ici, il y a déjà une utilisation provisoire, et le développement devrait être à long terme...".

Ruth Tennenbaum a évoqué l'idée d'un développement sur le modèle de la Rote Fabrik à Zurich. Adapté aux besoins de Bienne, avec un mélange de gastronomie, de culture et de petits commerces. Entre autres, avec un nouveau lieu pour le Filmpodium, ce qui nécessiterait toutefois une planification à long terme de la zone. Hervé Roquet a également plaidé pour l'utilisation de l'existant : les bâtiments sont inspirants, un bon endroit pour les acteurs culturels qui ont de plus en plus de mal à trouver des studios adaptés dans la région. Certaines choses se sont déjà développées sur le site, il convient de poursuivre sur cette voie...

 

Le politicien vert Beno Loderer s'y est opposé avec véhémence et a exigé : "les utilisateurs actuels doivent partir, les bâtiments existants peuvent être transformés, et nous devrions prendre notre temps avec le reste de la zone". Sa façon de voir les choses a toutefois suscité de l'opposition : "c'est une stratégie qui ne tient pas debout. L'idée que les artistes sont bons et les entreprises mauvaises est dépassée. Nous devons nous défaire de cette pensée en noir  et blanc", a contré Stephan Buchhofer, et Julian Meier, de la communauté d'intérêts  "Centre Culturel des Abattoirs", a souligné qu'ils ne veulent chasser personne, que la coexistence est une condition préalable importante pour le développement futur de la zone.

Mais comment faire avancer le développement souhaité ? Le site appartient à la ville. Son Département des Immeubles a pour mission de louer les espaces extérieurs et intérieurs. Pour l'instant, elle le fait à des conditions favorables, mais en contrepartie elle n'assure que l'entretien minimum nécessaire. L'opinion générale était que la ville devait être mise au défi avec des idées, des propositions et des actions, avec une vision, un modèle sur lequel les opinions peuvent se cristalliser. "Quelque chose de nouveau peut dynamiser, comme par exemple d'ériger un cube pour la future exploitation du Filmpodium, ou un bâtiment pour des logements étudiants, pour des espaces de co-working...", a suggéré Stephan Buchhofer. Ce serait manquer de courage que de vouloir uniquement préserver.

Après deux bonnes heures d'échanges engagés, un accord unanime s'est dégagé : on ne veut pas attendre que la ville développe le site des abattoirs, mais on veut prendre l'initiative et devenir encore plus actifs afin de façonner davantage ce lieu unique en tant que lieu culturel, de travail et de rencontre, "par la base".

Une pensée sur “PRÉSERVER L’ANCIEN – FAIR APPARAÎTRE DU NOUVEAU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.