DES VOISINS QUI NOUS INSPIRENT

C’est un matin de novembre froid et humide. Les Abattoirs se sont déjà présentés sous un jour plus accueillant. J’ai rendez-vous avec nos nouveaux voisins: juste en face de notre Espace № 1, de l’autre côté de la cour intérieure, Jo et DJ Erno ont loué un local et sont en train de le transformer en un lieu de création.

Leur enthousiasme a rapidement chassé la tristesse de ce mois de novembre. Erno est le premier à entrer dans la cour intérieure, il est venu en scooter puisqu’il habite tout près. Jo vit depuis deux ans avec sa famille à Evilard, mais il souligne immédiatement qu’il est et restera un Biennois de souche… Son père a grandi à la Route de Morat, le quartier GM ainsi que celui des Abattoirs étaient alors ses terrains de jeux.

Erno ouvre le cadenas de l'entrée. La pièce est encombrée de tondeuses à gazon, de taille-haies et de tout ce dont on a besoin pour jardiner – c’est le matériel de Toni, le concierge du site des Abattoirs et d'autres immeubles de la ville.

 

Nous montons l'étroit escalier et arrivons par un court couloir dans l'ancien vestiaire des employés des anciens abattoirs. Dès qu’on passe la porte, le regard est attiré par la grande et lourde table au milieu de la pièce, sur laquelle trônent un gramophone, une table de mixage, des amplis et des boîtes à musique – les outils de travail de DJ Erno et Jo. Tout autour subsistent encore les casiers du vestiaire, auxquels pendent toujours encore les clés et sur lesquels des plaquettes avec des noms rappellent les derniers utilisateurs. Aux murs, de longs lavabos, deux cabines de douche et des toilettes – les installations sanitaire ne sont plus en service, la ville a coupé l’eau il y a bien longtemps.

« Nous avons cherché longtemps un studio approprié, dans lequel nous pourrions répéter et développer nos morceaux sans que la musique ne gêne personne. Finalement, nous avons trouvé ce local grâce à une annonce publiée sur le site du Département des immeubles de la Ville de Bienne ». Ils ont hérité de la table des anciens locataires, une association d'étudiants…

 

Nous gardons nos vestes en nous asseyant sur les bancs du vestiaire - il fait frais, le poêle électrique que nous avons mis en marche pour la durée de notre visite ne parvient pas à chauffer toute la pièce. "Nous nous connaissons depuis tout petits", commencent Jo, alias Jonathan Jaquard, et Erno, alias Alain Capkan, en racontant leur histoire. Tous deux ont découvert le rap dans les années 1990, à la Villa Ritter au faubourg du Jura.

«J'ai toujours voulu être DJ – mon frère ainé l’était, alors pour moi c’était comme logique", se souvient Erno. Il mixe depuis plus de vingt ans et s'est déjà fait un nom en tant que DJ Erno. Mais il crée aussi sa propre musique, en échantillonnant des sons du monde entier et en en créant de nouveaux.

Jo a commencé à rapper à l'âge de 20 ans. Il y a deux ans, il a proposé à Erno, son ami d'enfance, de faire de la musique ensemble. Depuis, ils travaillent sur leurs projets de rap pendant leur temps libre et ont déjà enregistré quelques productions. Un premier album devrait sortir en 2022, dont le titre est prometteur: J’ai fait un rêve…

Ils ne savent pas encore exactement quand ils pourront enregistrer ces morceaux en studio à Neuchâtel. « Il faut bien que nous gagnions notre vie », dit Jo en riant. Erno est horloger de formation, Jo travaille depuis 17 ans à la police cantonale et est ainsi en contact avec des gens de tous les milieux et de toutes les couches sociales - des rencontres qui lui inspirent ses textes.

 

Ils décrivent leur genre comme « rap positif » - qui vient du cœur. Ils veulent ainsi renouer avec l'âge d'or du hip-hop des années 1990 - le groupe de hip-hop français IAM fait partie de leurs grands modèles. Dans le rap commercial actuel, tout tourne autour du sexe et de la violence, critiquent-ils. De nombreux jeunes se laissent séduire par ce phénomène, ce qui peut créer un dangereux cercle de haine, explique Jo.

Avec ses textes de rap, il veut raconter des histoires de la vie quotidienne qui touchent les gens - jeunes et vieux. Le premier morceau commun de DJ Erno et Jo s'intitulait "La vita e bella" et parle des hauts et des bas de la vie, et que malgré tout, elle est belle... Deux autres morceaux – Les Vacances et Guerre Intérieure sont disponibles sur Youtube – Certaines parties de ce dernier ont d'ailleurs été enregistrées sur le site des abattoirs, qui fournit le décor adéquat pour ce rap impressionnant. Les commentaires sur les médias sociaux comme dans la vie réelle le montrent : Le rap positif fait mouche ! Les raps de Jo et DJ Erno sont mis en scène par deux autres amis d'enfance : Le graphiste David von Gunten est responsable du design, sa sœur Noémi von Gunten produit les clips.

A l'avenir, Jo et Erno espèrent pouvoir travailler plus souvent dans leur studio. "Jusqu'à présent, nous n'avons malheureusement pas encore trouvé notre rythme, mais à l'avenir, je n’aimerais travailler qu'à 90% dans mon job - cela nous permettrait de consacrer deux jours complets par mois à la musique", remarque Jo.

Au cours de la discussion, de nouvelles idées et visions sont régulièrement évoquées, qu'ils aimeraient mettre en œuvre à l'avenir dans leur studio et, au-delà, sur le site des Abattoirs : A commencer par des ateliers pour les jeunes, des concerts dans la belle cour intérieure, sur la grande place (de parc), un cinéma en plein air, un bar... Il est évident que le GT et les deux rappeurs se réjouissent des futurs projets communs et des synergies. Un autre voisinage inspirant sur le site des Abattoirs !

A propos : Jo et DJ Erno feront une première démonstration en direct sur le site des Abattoirs le 18 décembre 2021 à l'occasion de la fête d'inauguration de notre Espace № 1 !

click, watch and listen

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.